Archives du mot-clé JO

CONTRE-CULTURE

Des 40 médailles françaises des JO de Pékin, cinq sont issues de disciplines qui, il y a peu de temps étaient pratiquées hors cadre institutionnel, VTT, BMX et Planche à voile.
Loin des JO, de leur logique de performance et d’’excellence nationale, ces « sports » répondaient à une toute autre attente (fun, opposition à un système dominant, valeurs éthiques, esprit communautaire)
Aujourd’hui le Kitesurf, le snowkite, le kitewing, le skwalball, le dry tooling sont les nouvelles formes de contre-culture sportives.
À chaque génération ses rêves et ses défis.
Certaines de ces disciplines disparaîtront d’’autres s’’embourgeoiseront et rejoindront la famille olympique.
Ces dernières se normaliseront et s’universaliseront.
Il y a fort à parier que dans une ou deux décennies des médailles seront attribuées à des athlètes pratiquant des disciplines qui, aujourd’’hui sont confidentielles.
Il en va dans le sport comme dans d’’autres secteurs : économiques ou culturels ; la résonance médiatique et financière inscrira ces disciplines dans un cadre compétitif éducatif ou commercial, les éloignant de leurs spécificités : anticonformiste et autogestion.
Le sport en sort gagnant loin de se fossiliser il s’’adapte à un contexte socioculturel et économique de plus en plus mouvant.
Soyez créatif, curieux, non-conformiste dans vos pratiques, le temps vous donnera raison.

ATHLÈTE ET CITOYEN

Le serpent qui se mord la queue, voilà en résumé le résultat de l’’attribution des JO à la Chine.
Les politiques Chinois avaient-ils imaginé, en faisant acte de candidature à l’’organisation des JO de 2008 et le CIO en leur accordant,  toutes les  conséquences ? La caisse de résonance  offerte par cet événement  planétaire a réveillé de nombreuses « frustrations » dissidents Tibétains, séparatistes….
Aujourd’’hui, après avoir essayé de policer leur image les masques tombent. Difficile de  connaître l’’étendue de la répression vu que les journalistes sont personnes non grata.
Mis devant le fait accompli, les sportifs qualifiés pour les JO sont dans une position cornélienne. J’imagine difficilement que ces derniers ne soient pas troublés par ces événements et  par la situation plus générale des droits de l’’homme en Chine.
Alors que faire ?
Boycotter les jeux ? C’’est beaucoup demander aux athlètes quand on connaît à la fois la somme de travail pour atteindre le haut niveau et le « graal » que représente une participation aux jeux.
Otages des choix plus que contestables du CIO, les athlètes se sentant concernés par la situation du pays hôte, pourront-ils, sans se faire sanctionner, manifester leurs désapprobation ?
Pour éviter que cette situation ne se répète, des critères tels que : le pluralisme politique, syndical, religieux, ainsi que la liberté d’’expression devraient être pris en compte par les commissions d’’évaluation du CIO.
En ce qui concerne Pékin 2008, l’idée émise par  » Reporter Sans Frontières  » de boycotter  la cérémonie d’’ouverture marquerait de manière forte l’’engagement du mouvement sportif en faveur des libertés fondamentales.

USE OR LOSE

fotolia_1777525.jpg

Dernièrement dans  » l’’Equipe « , je parle du quotidien, un entre-filet a attiré mon attention, sous l’’intitulé « l’’immense majorité des athlètes se dopera à Pékin »
Victor Comte, vous savez le fameux Victor, ex-dirigeant du laboratoire Balco, par qui le scandale est arrivé aux States en 2004, labo qui fournissait en THG (stéroïde anabolisant) de grands noms du sport : Dwain Chambers, Alvin Harrison, Kelli White et éclaboussait Tim Montgomery, Marion Jones et j’’en passe……
Que nous dit Victor ? « l’’immense majorité des athlètes présents à pékin va utiliser des substances dopantes, ils utiliseront des substances indétectables et ne seront pas assez contrôlés »
Ok Victor, nous, nous voulons bien te croire, mais avoue que c’’est un peu court, tu en connais sûrement un rayon question produits. Soit plus précis, ou tu sais de quoi il s’’agit, ou tu l’’imagines.
Le fantasme du produit indétectable, on nous le vend depuis 1998 et les chevauchées victorieuses d’’Armstrong sur le Tour.
Cessons d’’alimenter la chronique sportive avec des rumeurs.… Des faits ou rien !

IL N’Y A PAS QUE LE FOOT

Championnat, Coupe de France, Coupe de la ligue, Coupe d’’Europe, match de qualif, rencontre de préparation, Mercato d’’été, Mercato d’’hiver, droits télé, états d’’âme des uns, blessures des autres, changement d’entraîneur……

Du foot, du foot et encore du foot, je n’’ai rien contre, mais faudrait voir à laisser une place aux autres, non ?
Mis à part quelques sports fortement rémunérateur : F1, Cyclisme, Rugby, Tennis…
Tous medias confondus, peu d’’espace est donné aux autres disciplines.

Alors prenons l’’air ou plutôt l’’eau.
Connaissez-vous la natation en eau libre ? En voilà un, sport sympa, pas télévisuel je vous l’’accorde, mais sérieusement furieux.
Imaginez des athlètes qui se jettent à l’’eau, non pas dans le bassin du coin mais en pleine mer, fleuve, rivière, pour des distances pouvant aller jusqu’à 57 Km. (Voir le film « Agua » qui relate l’’épreuve  de Santa Fe Coronda en Argentine dans des eaux boueuses au courant violent. 8h20 pour effectuer cette distance ! Hallucinant, non ? Imaginez vous, nager le dimanche matin dans un bassin de 50 M, effectuer 1 140 longueurs ? Cela laisse sans voix.
Dans l’’excellent blog de Jacques Tuset : waterplouf.midiblogs.com j’’ai découvert que le premier nageur en eau libre est un grognard qui, fait prisonnier durant la bataille de Waterloo s’’échappa en se jetant dans la manche pour rejoindre le continent. Belle symbolique : nager pour gagner sa liberté !
Pour la première fois aux jeux de Pékin la natation en eau libre sera au programme sur la distance de 10 Km. Pour de nombreux adeptes de cette discipline c’est un moyen de sortir de l’’anonymat, pour d’’autres, cette distance c’’est le début de la fin, formater leur discipline au standard télévisuel c’’est le dévoyer.
Qui vivra, verra !